Courrier à la SNCF

Publié le par Sidéro

Le groupement des riverains a contacté la SNCF, le 7 mars 2006, dans les termes suivants.


Monsieur le Directeur,

Nous avons appris que des permis de démolir avaient été accordés à la SNCF pour 2 anciennes gares de la ligne Bondy-Aulnay, situées à Villemomble :
- les Coquetiers,
- Allée de la Tour,
les offres de vente que vous auriez faites à la commune n’ayant, semble-t-il, pas pu aboutir.

Par la présente, nous nous permettons de vous exposer les motifs pour lesquels nous sommes opposés à ces démolitions.

En tant que riverains, nous sommes particulièrement attachés à ces anciennes gares, dont la présence a marqué l’histoire de nos quartiers et la vie quotidienne de ses habitants.

De plus, nous avons constaté le soin particulier apporté à la construction de ces bâtiments, sur le modèle de plusieurs autres gares du début du XXe siècle sur le réseau Est, dont ils reprennent les principes à une échelle réduite : jeux de couleurs et d’appareillages des maçonnerie de briques, découpes particulières des bois de charpente apparents, détails des couvertures avec faîtières, épis et rives en terre cuite, etc.

Nous comprenons que la SNCF cherche à se séparer de gares devenues inutiles depuis la transformation de la ligne en tram-train.

Par contre, nous souhaitons fortement qu’elles soient rachetées par la Ville ou une autre collectivité territoriale, d’autant que différentes affectations sont facilement envisageables.

La présente fait suite aux démarches que nous avons déjà engagées auprès du Maire de Villemomble et de différentes associations et instances officielles concernées par le Patrimoine localement et dans le département, plusieurs d’entre-elles nous ont déjà fait part de leur soutien.

Nous avons déjà alerté l’opinion publique par la presse et lancé une pétition à Villemomble et dans les communes voisines, qui a déjà collecté plus de 200 signatures.

Nous avons aussi saisi le Conseil Général de Seine-Saint-Denis pour que la conservation de ces gares soit prise en compte dans l’étude d’insertion paysagère de la ligne, pour laquelle il a missionné une paysagiste, Florence Mercier, qui vient de commencer son intervention.

Nous souhaiterions être rassurés rapidement sur l’avenir de ces gares et être certains que toutes les solutions permettant d’en éviter la démolition sont envisagées.

Alors que la mise en service prochaine du tram-train, dont nous avons eu un premier aperçu à la « Fête du tram-train », le 21 janvier dernier, laisse présager une belle réussite du projet, nous serions à la fois déçus que la SNCF engage des dépenses pour démolir ces bâtiments, alors qu’une nouvelle utilisation serait possible.

Il est important que ces témoins de l’histoire de notre quartier, de ses habitants et, plus largement, de l’histoire du chemin de fer ne disparaissent pas.

Comptant sur votre efficacité, nous vous souhaitons bonne réception de la présente, et vous prions d'agréer, Monsieur le Directeur, l'expression de nos salutations respectueuses,

 


En réponse, le 17 mars, la SNCF nous a écrit.

réponse de la SNCF, courrier du 17 mars 2006

Publié dans actualité

Commenter cet article